Glcar
GLCAR est un bureau de conseils et d’études pour la location de voitures, unique au Maroc, ce bureau a pour but d’améliorer le secteur de location de voitures, qui est en relation avec la fédération, les associations et les agences de location de voitures

La location de voitures au Maroc après coronavirus Covid-19

0

Le virus qui changera l’enjeu de l’économie mondial, Suite à la propagation de l’épidémie qu’à stopper l’économie mondial, la question qui se pose quel est l’impact sur le secteur de tourisme ? Et surtout la location de voitures, est bien précis pour les sociétés ayant adopté un modèle économique sur le touriste étranger ?  

Coronavirus, à stopper les relations entre pays, afin de ralentir son évolution, chaque pays a met des mesures de sécurités, comme clôture des ports et aéroports, confinement, arrêt de travail pour la plupart des sociétés, pour le contrôler.

Cette épidémie a un impact direct sur l’économie de chaque pays. Car le moment c’est de sauver l’humanité avant tout.

Donne cette guerre que tout le monde est perdant, les pays font une course contre la montre pour sortir avec des faibles pertes. Chaque sociétés dans cette période revoie sa stratégies après corona, quel modèle économique à suivre et quand en démarra ?

Les sociétés qui serraient impactés par cette crise sont les sociétés de service en général et en particulier les sociétés de tourisme, hôtels, transport de tourismes, agence de voyages et les agences de location de voitures. Leurs modelés économiques basent principalement sur le tourisme, avec la situation actuel, vont connaitre des pertes importante, dans l’espoir au retour à la normal.

La solution proposée par l’Etat pour aider les entreprises un rééchelonnement des crédits, pour une durée d’échéance de trois mois, en espérance que cette épidémie sera metrisé dans un mois, mais est ce que l’économie démarra après un mois ?  Certainement non, ces sociétés sont liées au tourisme et leurs principaux clients proviennent de l’Europe, ces pays sont dans une situation très grave, ces citoyens en presque vidé leurs épargne pour l’achat des premier nécessité, donc ne vont pas penser de faire de voyage à l’étranger pour cette année. Le retour à la normal nécessitera beaucoup de temps, pour le secteur de tourisme une estimation de 18 mois.

D’après la délégation de l’Union européenne au Maroc à publier, le 26 mars 2020, une note sur les impacts économiques du Covid-19 au Maroc. Un document sur la conjecture économique prévue, Les pronostics exprimés sont, en fait, loin d’être optimistes. En tant qu’économie axée sur la consommation, le commerce et le tourisme, le Maroc pourrait connaître des pertes importantes en 2020. D’après l’étude, étant une économie dépendante de l’économie européenne, l’activité économique du Royaume sera impactée par le repli de la croissance européenne. Pour rappel, l’UE représente plus de 58% des exportations marocaines, 59% du stock d’IDE, 70% des recettes touristiques et 69% des transferts des Marocains Résidant à l’Etranger (MRE).

Cette situation causera des pertes financier, pour les opérateurs de ce secteur, plusieurs sociétés n’auront pas de souffle de résister est certainement vont déclarer faillite, ce qui obligera certaine sociétés de changer leurs modèles économiques afin de survivre sur un marché souffrant, cette stratégies demandera encore plus du temps afin de s’adapté à ces nouveaux enjeu économique

Le rôle de L’Etat c’est de confinement cette situation critique pour aider les entreprises, surtout les PME. Afin de sortir de cette crise, parmi les solutions c’est injecter des fonds et d’encadrements, pour les aidés. Car C’est le pire scénario que craignent les opérateurs du secteur du tourisme. Certes, à chaque fois, ces derniers se relèvent, parfois difficilement. Mais cette fois-ci, le retentissement du virus meurtrier est inédit. «C’est une crise exceptionnelle que le secteur n’a jamais traversé auparavant».

Se référant aux évaluations faites récemment par la CNT, le rapport de l’UE rappelle l’impact de la crise Covid-19 à 34,1 Md de perte en termes de chiffre d’affaires touristiques en 2020 et de 14 Md de perte en termes de chiffre d’affaires pour l’hôtellerie, pour une chute globale de près de 6 millions de touristes (-98%), qui occasionneront une perte totale de 11,6 millions de nuitées. Pas moins de 500.000 emplois et 8.500 entreprises seraient menacés, dont des entreprises d’hébergement touristiques classées, des entreprises de restauration touristique, des agences de voyages, des sociétés de transport touristique et des sociétés de location de voitures.

La CFG banque estime une baisse d’activité touristique de 39% en 2020 un peu prêt de 5 millions de touristes en moins, et des nuitées à 30% par rapport 2019, si en supposant que le tourisme nationaux peut compenser partiellement le tourisme étranger.  

Le transport aérien souffre des mesures de précaution appliquées et de la baisse de la demande.  D’après l’IATA, la pandémie pourrait, précise l’UE, entraîner au Maroc des pertes de l’ordre de 4,9 millions de passagers en moins et un manque à gagner de 728 M USD. Les perturbations de trafic aérien pourraient en outre faire encourir des risques à plus de 225.000 emplois.

La Confédération nationale du tourisme (CNT) a proposé des mesures d’aides au secteur dont la suspension des charges sociales et qui a déjà été accordée par le comité de veille économique. Celui-ci a décidé la mise en place d’un moratoire pour les remboursements bancaires au profit des entreprises. «Mais, ce n’est pas suffisant», selon les professionnels qui demandent des dégrèvements d’impôts (IR, IS, TVA…) pour toute la période de crise. Le report des échéances bancaires de 12 mois sans frais ni pénalités, le maintien des lignes de crédit et l’ouverture de lignes d’emprunts sur 12 mois (avec réduction du taux d’intérêt à 2%), figurent également parmi les propositions. La prise en charge par l’Etat d’une partie des salaires des chômages partiels n’est pas en reste.

Le secteur de location de voitures, risque le pire scénario avec cette épidémie, avec le manque de tourisme les agences ayant un model économiques basé sur les touristes étrangers, vont certainement changer leurs stratégies. Il y a 4 types de sociétés : les multinationales leurs model économique c’est la franchise, ils reçoivent des réservations à travers les comparateur de prix mondial de réservations et des GDS, les agences basé à l’aéroport leurs principale client sont les voyageurs arrivé et des réservations en lignes à travers leurs site web, les LLD : leurs clients sont les entreprises et les agences locales : leurs principales clients sont le citoyens marocain. Avec la perte de profils les multinationales et les agences basé à l’aéroport, vont chercher des nouveaux clients (client local) soit une nouvelle concurrence entre ces types agences et les agences locaux. Qui causera une offre est supérieur à la demande, et une guerre de prix sans bénéfice. Cette situation où il y a 9 000 opérateurs avec un parc total de 150 000 véhicules, plusieurs sociétés chercheront des nouveaux marchés locaux pour faire absorber leurs parcs. Sert certaines sociétés vend déclarer faillite suite au manque de client.

Ce secteur qui souffre et qui soufrera par l’effet de cette épidémie Covid-19, aura un impact direct sur d’autres secteurs : automobiles, crédit, assurance…, d’où l’intervention de l’Etat obligatoire pour garder un équilibre de l’économie.   

Pour les agences locaux et suite à cette nouvelle conjecture doivent trouver un nouveau modèle économique rapidement, pour faire face à la concurrence, car les loueurs locaux ne peuvent pas affronter les multinationales et les agences basé sur l’aéroport, ils ont  la force de parc, d’équipe et la force financier pour faire la publicité pour séduire le client local. Ce qui obligera les loueurs locaux de s’alliée entre eux sous forme de GIE, comme une solution pour avoir le poids pour partager le marché avec eux.

La location de voitures locale dépend de l’économie locale, avec cette crise les entreprises dépendent des nouvelles décisions de l’Etat, pour donner un nouveau souffle et espoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.